Once Upon a Room

OUAR est une performance de lecture ayant pour mission de présenter un texte de fiction inédit, à travers une lecture publique, alternative au schéma courant : table / micro / assistance, proposant une autre forme d’intimité entre auteur, lecteur et texte. 

 
Read Act

Faire « jouer » le texte par l’auteur lui-même afin de donner à l’espace de lecture publique une autre dimension.

Pour appuyer cette rencontre, les spectateurs, assistent, un à un, à l’interprétation du texte et se retrouvent seuls face à l’auteur-performeur, dans une pièce close, durant une seule minute. 

 

Tous assistent à la même pièce sans que personne ne voie la même chose. Le souvenir contextuel de cette expérience est commun, cependant, le souvenir empirique de cette proposition reste unique et propre à chacun.

Planter le décor et imposer le personnage principal dans l’imaginaire des quelques personnes présentes lors de la « lecture » et créer ainsi une sorte de communion imaginative a posteriori.

 

La pièce/lecture se déroule en continue. L’interprétation est éphémère. Chaque séquence vécue singulièrement et particulièrement par les spectateurs n’existe dés lors que dans leurs souvenirs et celui de l’auteur, leur appartenant, ainsi et désormais, de concert.

 

En sortant de la pièce, les spectateurs reçoivent un exemplaire nominatif et numéroté de la nouvelle et sont invités, dans un deuxième temps, à décrire en quelques lignes sur le site Internet associé, ce à quoi ils ont assisté.

Leurs témoignages seront par la suite récoltés et organisés en respectant l’ordre des séquences puis mis en ligne sur un site web de sorte à créer un nouveau texte, parallèle à la nouvelle, mais rédigé par les lecteurs/spectateurs.

 

 
L’ espace l140

l140 est un lieu atypique situé dans le 18ème arrondissement qui présente trois espaces : un en rez-de-chaussée, un autre plus petit entre deux étages et le dernier au premier étage. Ils ont la particularité de ne faire qu’1m40 de large et dégagent ainsi une forte identité aussi oppressante qu’intrigante.

 

 
La nouvelle

Le lieu l140 devait devenir le centre d’intérêt du texte et dès lors un personnage à part entière pour, dans l’idée du Read Act, me donner la réplique lors de la représentation.

L’histoire : une jeune femme se réveille dans une pièce (qui pourrait tout aussi bien être une chambre d’hôpital, d’hôtel, de prison…) et n’a aucune idée d’où elle se trouve ni de pourquoi elle s’y trouve. A travers plusieurs indices parsemés, elle essaye de comprendre le pourquoi du comment de sa présence inexpliquée.